Compte rendu du salon des vins de Loire, Janvier 2011, Angers

Actualités Monogramme

Compte rendu du salon des vins de Loire, Janvier 2011, Angers

Retour ce soir après 2 jours passés au Salon des Vins de Loire. Temps partagé entre des RV clients (Vouvray pour ne pas le citer, suite au projet d’animation de la marque collective sur le site mavieenvouvray.com que j’ai déjà expliqué ici même), des RV avec des partenaires… et des RV de dégustation!

Ce séjour angevin commença de fort belle manière avec un dîner dans un restaurant déniché par Eva Robineau, en compagnie d’Olivier Grosjean (aka Olif), Francis Boulard, Benoît Tarlant et d’une sympathique vigneronne du Domaine des Loges à Montlouis. Quelques bouteilles sorties d’on ne sait où ont permis de bons échanges!

Le salon des vins de Loire est un salon professionnel à taille humaine, bien loin du gigantisme de Vinexpo par exemple. Pas de surenchère dans les stands, d’hôtesses aguicheuses… Rien que des vignerons ou des maisons qui se concentrent sur la présentation de leurs produits, reflets de la diversité du Val de Loire. Et une qualité d’accueil omniprésente.

CE QUE JE RETIENS DU SALON DES VINS DE LOIRE :

Les regroupements de plusieurs vignerons dans un stand collectif, sous une même ombrelle.

Objectif : mutualiser les coûts et offrir simultanément un attrait supérieur. 5 stands de 6 mètres carrés ou un stand de 30 mètres carrés ne font pas le même effet. Je prendrai 2 exemples :
1. le regroupement de 5 vignerons de Vouvray sous le terme « Vouvray, des signatures »
2. le regroupement de 6 vignerons de plusieurs appellations du Val de Loire sous la bannière « Génération Loire« .
La démarche de ces derniers est plus poussée puisqu’ils se revendiquent comme une marque à part entière, avec à la clé très bientôt un site internet dédié et même une structure commerciale commune. Assurément une démarche collective pleine de bon sens dès lors qu’on aborde certains marchés, export notamment, pour lesquels les coûts de prospection peuvent être élevés, et – en cas de réussite – les volumes insuffisants lorsqu’on est seul! On notera également le sens du détail avec une même chemise noir pour tous et une couronne sur la tête! De quoi faire attirer l’attention et la sympathie. Ce qui est déjà le premier principe dans un salon.

Des packagings globalement en phase avec les attentes et évolutions des marchés. Si la France a souvent été critiquée pour son sens très particulier du design packaging, force est de constater que tous les metteurs ont marché, petits et grands, ont fait depuis quelques années de gros efforts. Simplification des étiquettes, mentions légales sur les contre étiquettes pour épurer, recherches graphiques pour attirer l’oeil, tout en respectant une certaine authenticité. Pas de quoi rougir face aux concurrents internationaux désormais. J’ai particulièrement aimé les étiquettes de Damien Laureau (à voir ici), au moins autant que ses vins!

Leave your comment